Un vampire nommé Cuscuta (vermicelle diable)

cuscuta-americana-vermicelle

Quelle est cette liane ? Est-elle vivante ? Est-elle seulement végétale ? Est-ce un monstre ? Que dire du fait qu’elle soit dépourvue de chlorophylle ? Comment se nourrit-elle sans ce pigment essentiel qui permet aux plantes de faire de la photosynthèse et de se nourrir ?

Oui c’est un monstre d’une certaine manière, invasive, parasite, on la repère de loin même en passant en voiture, en bord de route. Elle s’amasse au sommet des arbres qu’elle écrase de toute sa masse orangée échevelée. Comme des milliers de cheveux couleur feu, ce démon s’installe sur les autres plantes et les parasite. Pas besoin de chlorophylle quand on se nourrit du travail des autres. Une cuscute peut parasiter simultanément des centaines de plantes-hôtes !

Les organes de cette plante sont réduits à leur plus simple expression. Il faut vraiment s’approcher et y regarder de plus près pour distinguer autre chose que des vermicelles oranges en pagaille. L’appareil végétatif est rudimentaire: pas de feuilles, juste des écailles, pas de racines non plus, sauf une radicule initiale qui ne reste pas. Son atout dans sa survie ? Il faut tenter de la détacher d’une plante-hôte pour s’en apercevoir et découvrir avec effroi… des suçoirs ! Vermicelle-diable comme on l’appelle ici en Martinique se nourrit des autres grâce à ces sortes de ventouses appelées haustoriums, solidement accrochés, par lesquelles elle pompe littéralement ses nutriments dans le système vasculaire de sa victime. Une plante-vampire en quelque sorte…

haustorium-cuscute-sucoir

On dirait presque un film d’horreur, non ?

Et attendez un peu la suite, une étude a montré que la cuscute détecte des composants chimiques volatils présents dans l’air pour trouver son hôte. Elle “sent” littéralement les “odeurs” émises par les autres plantes et une fois enroulée autour d’elles, elle serait même capable de communiquer avec sa victime via les molécules d’ARN, soit du matériel génétique. Cette communication a été mise en évidence dans une étude de 2014 (voir les sources en bas d’article).

Un vermicelle dans la famille des patates douces

Pourtant, cette plante est bien identifiée. Jusqu’il y a peu, on la classait, elle et ses 150 espèces, un peu à part, dans une famille dont elle était le seul représentant, les Cuscutacées, puis on a décidé qu’elle partageait quelques points communs avec la patate douce et on lui a permis de rejoindre la prestigieuse famille des Convolvulacées, qui ne manque pas de plantes-tueuses notez-bien, pensez au liseron des champs !

herbe-zamitie

Mais approchons-nous d’encore un peu plus prêt de notre vermicelle orange, une plante pleine de surprises, vous allez voir. On peut distinguer des petites boules rosées, lisses… ce sont ses fruits. Ils contiennent une ou deux graines de ses futurs rejetons. Et la vie n’est pas tendre avec notre vermicelle car après germination, la nouvelle cuscute n’a qu’une ou deux semaines pour se trouver un hôte à la hauteur de ses attentes. Sans ça, c’est la mort qui l’attend, car elle ne sait pas se nourrir du sol directement.

Mais, elle sait y faire, elle profite de la main innocente des enfants…

Vermicelle diable et jeu d’enfant

 

Les innocents ! Eux, ils ne l’appellent pas vermicelle diable, ils ne voient pas le mal dans cette cuscute qu’ils nomment affectueusement herbe-z’amitié (Zèb zanmityé). Car c’est une plante magique à leurs yeux : elle est divinatoire. Grâce à elle, on peut être certain qu’un amour va durer et qu’une amitié sera nouée pour la vie ! Ou au contraire, on peut déceler les faux-semblant. Chaque protagoniste prend un morceau d’un même vermicelle et le jette dans son dos, ou le pose sur une plante. Si les deux morceaux repartent, l’amitié durera… mais ils ne savent pas qu’en faisant ça, ils servent le dessein de cette drôle de liane, qui ne demande qu’à se propager. Un peu comme quand on souffle sur les pissenlits et qu’on dissémine leurs graines finalement !

cuscute-parasite

Mais comment reconnaître les cuscutes. Car il y en a plusieurs. La plus commune ici est Cuscuta americana. Ce qui va nous aider, c’est la taille des vermicelles et celle des fleurs. Quant à observer la capsule, il faut vraiment une bonne vue ! On a aussi Cuscuta globulosa, considérée comme une forme de C. americana, et aussi Cuscuta indeccora, Cuscuta umbellata, Cuscuta campestris…et ça, c’est uniquement pour l’Amérique tropicale et les Antilles. Elles sont nombreuses ! En Europe, il y a Cuscuta epithymum, et puis en Chine, c’est « Tou Se Tse » de son petit nom (Cuscuta chinensis, Cuscuta japonica) et au Maroc on rencontre Cuscuta monogyna. Bref, vous avez de grandes chances d’avoir cette plante près de chez vous…

Et je ne vous dis pas ça pour vous faire peur, car c’est une plante utile aussi, elle fait partie des traditions médicinales. Attention cependant, toutes les cuscutes sont différentes. Je vais seulement développer les propriétés de Cuscuta americana et son utilisation aux Antilles.

Propriétés médicinales de la liane sans fin (Cuscuta americana)

 

Comment une plante qui suce littéralement le suc des plantes hôtes pourrait ne pas avoir de vertus médicinales ? Les Anciens pensaient d’ailleurs qu’elle s’appropriait la vertu médicinale de sa plante hôte ! Elle est réputée efficace en décoction comme antiseptique appliqué sur les plaies et les dermatoses. En infusion, elle était utilisée comme vermifuge, cholagogue, laxative et carminative. Selon Nicolas (ethnobotanique au Guatemala), les feuilles ont une action antibactérienne, antispasmodique et nématicide. A Porto Rico et Trinidad, l’infusion est décrite comme dépurative et laxative, utile dans les affections du foie.

plante-vermicelle-orangeplante-vermicelle-orange

Peu d’études scientifiques permettent de confirmer (ou non) tout ou partie de ces propriétés. Selon Longuefosse, les propriétés astringentes, cholagogues, détersives et laxatives ont été confirmées expérimentalement. Il recommande son usage sur les plaies et les furoncles en externe et en infusion entre les repas pour les troubles hépatiques et la constipation.

Attention cependant, à haute dose, notre vermicelle est… diablement purgatif !

 

Il est évident que ce groupe de plantes fascinantes n’a pas encore livré tous ses secrets. Des recherches ont mis en évidence (pas pour Cuscuta americana en particulier mais dans l’ensemble du genre) des propriétés antioxydantes, antibactériennes, anticancer, antiviral, anti-inflammatoires… Mais en auront-elles le temps ou l’opportunité quand dans l’imaginaire collectif, cette plante- parasite doit être détruite, éliminée, ces pratiques étant entérinées par les réglementations de certains pays qui considèrent leurs récoltes menacées par cette invasive ?

Autres noms de Cuscuta americana : Corde à violon, liane à cordon, liane sans fin, herbe z’amitié, Vèmicel, San pyé, Kod à violon, Lyann sans fen, Lyann zanmityé, Zèb zanmityé, Dodder, Love vine, Vermicelli, Bejuco de mona, Fideos,

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Cet article vous a plu? Envie d'aller plus loin et d'en apprendre davantage sur les plantes et leurs merveilleux usages? Inscrivez-vous et recevez gratuitement mon livret "5 mauvaises herbes qui vous veulent du bien" pour apprendre à reconnaître et utiliser des plantes très courantes en Europe de l'Ouest.

Recherches utilisées pour trouver cet article:cuscuta americana, liane orange parasite, vermicelle diable, youtube martinique, cheveux de sorcière cuscute, liane orangée, plante: liane sans fin, utilité de liane sans fin, vimicelle plante cuscuta americana

8 comments

  • Invasive certes, comment s’en débarrasser. Merci.
  • Merci pour cet article. Je viens de la rencontrer (12/08/2017) sur les bords de Loire, juste en aval d’Ousson-sur-Loire. Environ une cinquantaine de plants sur 100m de balade le long de la berge. Plusieurs plantes de bord de Loire vampirisées! C’est bien la même que sur votre photo, en fleurs, certaines sur des plantes sauvages mortes, mais je n’ai pas vu la graine.
    • Bonjour Loïc, ça ne m’étonne pas avec plus d’une centaine d’espèces, j’imagine qu’on doit en rencontrer un peu partout dans le monde. Enfin… j’espère que ce n’est pas une variété exotique qui se serait encore échappée!
  • si nous pouvons nous permettre de placer un mot nous pouvons juste dire qu’en faisant pousser le Cuscuta ( bien sur une espèce particulière qui pousse en RDC) sur l’aloe verra, les broyats de ce deux plantes associés au miel et un peu de liqueur donne un excellent anticancer plus efficace que la chimio et un meilleur antiviral ce medicament donne de bon résultats pour la plupart de virus jusqu’à ce jour incurable.
    • Merci Joël pour cette contribution! Avez-vous des références- études sous la main qui viendraient confirmer? En avez-vous fait l’expérience par vous-mêmes? Dans quel pays (RDC:= Congo?)
  • mille merci pour votre petit livre . savez vous qu’au usa on appelle le plantain ( sa majesté)
  • Coucou et merci bien sûr
    Comment dire , euh , rien, tout est parfait comme à ton habitude de décrire ,de sentir et de nous promener chez toi ,au travers des plantes luxuriantes ..
    Ah drôle de lianes ,comme la particularité de plusieurs d’entre elles , sans chlorophylle .
    J’ai particulièrement aimé ton article , de toutes façons je les aime tous sauf ceux que je n’ai pas eu le temps de lire ,mais je te garde jalousement sur mon blog ..
    Car avec toi ,je suis sûre d’une chose, c’est l’amour que tu leur portes..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo