Ah ces fichus cheveux blancs ! Ils sont là depuis que j’ai 24-25 ans. Je devrais être habituée depuis le temps, même s’il n’y en avait pas autant. Et pourtant, allez savoir, certains matins, je les fixe d’un œil noir. De charmants reflets argentés, ils deviennent mes ennemis jurés. La cause de tous mes ennuis, la racine de mes soucis. Je ne vois plus qu’eux et je les déteste, de mon regard haineux, leur extermination je projette.

Accepter ses cheveux, amour de soi

Parfois, l’amour de soi ne suffit pas, ni la consultation des nombreux hashtags bodypositivité sur insta. Même l’exemple des stars et la magnifique chevelure de Grant, la nouvelle compagne de Keanu Reeves ne suffit pas. Toutes les lectures féministes ne suffisent pas.

C’est comme si tout à coup, tel le taureau de l’arène, on voit rouge, la fureur s’empare du peigne et on fonce dans le tas. Tout ce conditionnement sociétal sur la chevelure de la femme, soigneusement conscientisé et expurgé refait surface. Il m’explose à la figure après l’avoir refoulé. Vous l’aurez compris, en ce moment je les déteste. Il y a un an je les trouvais cool et j’attendais avec impatience de pouvoir exhiber une mèche de sorcière comme Malicia des X-men. La classe ! Mais ça n’est jamais arrivé. Dans la vraie vie, ça se comporte comme des mauvaises herbes ces machins-là : ça pousse en dehors des rangs, en dépit du bon sens, et pour ma belle mèche de rebelle je peux me brosser (les cheveux).

Ca aurait été tellement beau qu’ils poussent dans l’ordre et la discipline 😭

Même la coiffeuse s’y est mise en septembre pour me demander ce qu’on faisait pour les cheveux blancs. Hein ? Quoi ? Quels cheveux blancs (oui, je suis dans le déni aussi parfois) ? Non on fait rien. Pourquoi ? Ca vous défrise de voir des vrais cheveux ? Grrrrr… (je peux mordre aussi, parfois).

Malgré tout, sa petite réflexion innocente a fait son chemin. Comme une petite brise agaçante qui est devenue une tempête sous mon crâne. C’est pour ça que je fréquente peu les coiffeurs. Des gens qui manquent de tacts, pratiquent le maquerellage à outrance, déversent des quantités d’ammoniac indécentes dans l’environnement et vous ratent une fois sur deux. Ok peut-être pas tous, j’exagère un peu, de toute façon je suis fâchée, alors laissez-moi tailler un peu.

Bref, tout ça pour dire, c’est qu’en quelques mois, le divorce a été prononcé : je ne veux plus cohabiter. C’est terminé entre nous. C’est la rupture.

Comment faire quand on ne veut pas de coloration chimique?

Par contre, hors de questions de mettre des trucs cracras sur ma tête. Il y a des limites à ce que je suis prête à faire. Avant ça, j’opterai pour le crâne rasé. Je ferai un piercing et un tattoo aussi, c’est promis, pour compléter le look (maman si tu lis ça, panique pas, j’ai trouvé une solution alternative).

Pendant des années, j’ai utilisé du Henné, coloré ou pas, pour prendre soin de mes cheveux jusqu’à ce que patatra, sur les cheveux blancs, mon shiraz acajou sorte orange et jaune pisse. A vomir. C’était il y a deux ans. C’est suite à ça que j’ai décidé de trouver les cheveux blancs bien beaux. Faut-dire qu’en comparaison, y avait pas photo. C’est de notoriété publique qu’on évite de poser du henné sur des cheveux blancs mais voilà, je me suis dit, allez ça passe. Bah non ça passe pas ou plutôt il faut une composition adaptée. Car effectivement, on met sous le terme de henné (Lawsonia inermis) des mélanges de poudre de plantes tinctoriales. Je n’avais jamais vraiment prêté attention, mais en réalité, c’est tout un art ces compositions ! Et on ne met pas la même chose sur des cheveux blancs que sur des cheveux bruns. Car oui, c’est possible sur cheveux blancs. Eh oui, mon ignorance m’a éloignée de ce soin génial pour les cheveux alors que…

C’est elle! Elle est-y pas belle cette petite plante? (Lawsonia innermis)

C’est en passant dans le rayon coloration du supermarché, à Génipa, comme quoi c’était écrit (le Genipa americana est une plante tinctoriale utilisée par les indiens caraïbe), que tout a basculé. Je circulais, l’air renfrogné, chcreumbeugneumeuneu, jugeant tous ces produits parfaitement dégueulasses indigne de ma « bio » chevelure, replaçant les boîtes après examen minutieux de la composition dans le rayon d’un geste dégoûté, comme si je venais d’effleurer un cas Covid. Et là, une boîte accroche mon regard « 100% végétal ». Elle m’attire, pourtant je reste méfiante avec toutes ces allégations mensongères qui m’ont tellement de fois prise au piège (on achète un truc soi-disant naturel avec une boîte verte et une fois rentrée, on découvre avec horreur une composition digne d’un film d’horreur). Il s’agit de henné. Pardonnez-moi mais je suis sur le cul. C’est vrai que ça doit faire 20 ans que j’ai pas mis les pieds dans ce genre de rayon (quand j’étais ado je rêvais d’un blond platine, mais maman n’a jamais voulu, snif). Et visiblement les choses ont évolué ! Je suis scotchée de voir que les grandes marques comme Shwartzkopf proposent des soins au henné.

La coloration végétale: un soin du cheveu avant tout

Oui je dis « soin » plutôt que teinture ou coloration, car je pense que pour ceux qui ne connaissent pas, c’est important de faire la distinction. Les poudres végétales vont aller beaucoup plus loin qu’apporter une simple couleur : elles prennent soin du cheveu et de ses petites écailles, là où les colorations classiques vont plutôt ouvrir l’écaille au forceps et se forcer un chemin à l’intérieur pour une coloration permanente. Et du coup nécessiter l’utilisation de masques et d’après-shampoing tout aussi synthétiques et riches en silicone pour compenser la grise-mine de vos cheveux cliniquement morts après l’opération.

La philosophie est complètement différente. Et c’est sans doute ce qui explique les avis très négatifs, et je peux le dire (oui, oui j’ai testé) totalement injustifiés que récolte ce produit sur internet. En s’adressant à une clientèle plus large, de grande distribution, adepte du tout chimique, ils prennent le risque du malentendu en vulgarisant ces soins naturels et bons pour le cheveu aux côtés des abominations qui ont toujours la part belle en rayon. Et franchement, ça m’émeut, oui, je vous le dis. Il y a des jours comme ça où je me dis que les choses changent et qu’elles évoluent dans le bon sens. Et c’est vraiment dommage de voir de belles initiatives conspuées par des adeptes du tout chimique qui passent complètement à côté de la beauté du produit. C’est le jeu, mais c’est sûr que c’est moins évident que pour celles qui connaissent déjà la maison Khadi ou qui font leur propres mélanges avec les poudres Aroma-zone.

J’ai hésité… le but n’étant pas de faire de la pub, mais bon, allez c’est le coup de coeur

Rappelons quelques points de base qui peuvent expliquer les diverses déceptions et le déversement de haine injustifié :

– on ne fait pas de henné sur des cheveux qui ont subi une coloration chimique avant 4 voire 6 mois. Le henné se pose sur des cheveux vivants, désolée. Sinon c’est la cata, et c’est là qu’on obtient des teintes violettes ou orange fluo. Ceci dit c’est un style qui intéressera ceux qui ont commencé à courir le vidé pour carnaval.

– le henné ne colore pas le cheveu en pénétrant à l’intérieur, il le colore en le gainant, par transparence en quelque sorte. C’est donc un peu différent en terme de résultat. On parlera plus de reflets que d’un changement de couleur, c’est plus subtil, plus naturel, surtout sur des cheveux foncés.

– le henné nécessite un temps de pause beaucoup plus long que les colorations classiques. Pour des cheveux bruns comme les miens, c’est une heure. Ca prête à confusion, car sur la boîte, la durée mini indiquée est de 30 minutes. C’est très très peu… car pour certains hennés, ça peut aller jusqu’à plusieurs heures! donc ça explique l’absence de résultat de certaines…

– le henné ne se lave pas. On le rince à l’eau froide, mais on ne fait pas de shampoing de suite. Attendre au moins 48-72h. Ca lui permet de continuer à se fixer. La couleur n’est pas définitive de suite en théorie.

Le henné sur cheveux blancs: on en dit quoi finalement?

Sur la boîte, il est mentionné que ça fonctionne jusqu’à 30% de cheveux blancs. C’est un peu ce qui a décidé mon achat, mais j’avais toujours en tête mon dernier henné shiraz qui a viré jaune-orange. Donc quand j’ai lu tous les commentaires, j’ai vraiment pris peur. J’ai donc analysé la composition de cette poudre verte (oui, pas de panique, le henné c’est vert, mais promis, c’est pas la couleur finale). En quoi elle allait amener des résultats différents ?

En faisant quelques recherches j’ai compris qu’il y avait de grandes chances que cette formulation donne des résultats grâce notamment à la présence d’Indigofera tinctoria (Indigo) dont la présence est absolument nécessaire pour teinter les cheveux blancs. Cette poudre de feuilles, mais aussi l’extrait de Terminalia chebula, un badamier qui apporte une coloration noire. On l’appelle aussi Myrobolan et ce n’est pas pour rien qu’il figure sur le devant de la boîte. Il va également avoir pour rôle de resserrer les écailles. Eh oui, ici, on ne cherche pas à abîmer le cheveu pour y faire pénétrer à tout prix une coloration, mais à le renforcer. D’ailleurs je constate avec bonheur que la composition va dans ce sens au-delà des plantes qui apportent la couleur, nous avons des poudres et extraits de plantes qui ne sont là que pour le soin du cheveu et ça c’est une belle surprise. Acacia concinna par exemple que vous connaissez peut-être sous le nom de Shikakai et qui est utilisée en Ayurveda. On trouve aussi Emblica officinalis (Amla) qui stimule la pousse des cheveux et améliore la prise de la couleur. Rassurée par cette composition bien pensée, je me suis lancée !

Portraits de ces drôles de dames, une belle équipe!

Comment se passe la pause de henné?

Après une pause d’une heure et quelques (mon roman était passionnant, pas vu le temps passé), le rinçage et une salle de bain maculée de henné (surtout à rincer de suite, sinon bonjour les taches. D’ailleurs, pour éviter que ça tache la peau sur le front, les tempes, il faut enlever tout de suite les résidus. Le mieux est d’appliquer une huile végétale sur tout le pourtour avant le début des opérations, ça évite que la coloration prenne), j’ai hâte de voir ce que ça donne une fois sec mais je suis de suite rassurée, les cheveux blancs sur les tempes sortent colorés. En roux, c’est ce que je voulais. On voit bien la différence avec les bruns qui ont juste un reflet léger.

Je vous laisse juges du résultat mais pour moi, c’est tout bon ! Je n’ai jamais été aussi contente avec un henné. Pour avoir ce mélange, en plus, il faudrait acheter plusieurs poudres et là, c’est déjà tout prêt, dosé… à la perfection. Les reflets sont nets, les cheveux blancs couverts, bref, ça tient toutes les promesses ! A voir comment ça tient dans la durée (edit: après 15 jours, et plusieurs shampoings- j’utilise un shampoing bio à l’ortie si vous voulez tout savoir- rien n’a bougé). Franchement, je me sens tellement bien, ça aurait été dommage de s’en priver, alors pour toutes celles qui ont une petite baisse de moral à cause d’un problème aussi futile que quelques cheveux jugés disgracieux, faites-leur du bien. En plus les cheveux sont tout doux. On dit que le henné a tendance à assécher le cheveu, pour ma part, ça n’a jamais été un problème mais ça dépend certainement des différentes natures. C’est l’occasion d’un petit moment de cocooning avec boue sur la tête, peignoir, bon roman et thé chaud !

Moi je dis parfait, rendu naturel, personne n’a rien remarqué!

Pour celles et ceux qui ne veulent pas de reflets mais seulement prendre soin des cheveux, il existe aussi du henné neutre, c’est un peu un abus de langage car c’est une autre plante (Cassia obovata) ou des poudres de plantes ayurvédiques comme le Sidr ou le Shikakaï déjà évoqué pour laver les cheveux ou en prendre soin… tout un monde végétal ! Où chacun trouvera son bonheur : brillance, chute des cheveux, cheveux cassants.

Ca m’a donné envie de faire quelques recherches sur toutes ces plantes tinctoriales d’ici (mon ancienne proprio utilisait les fleurs d’hibiscus) et pourquoi pas de faire mes propres poudres avec ce que je trouve… à suivre… car il y a des expériences géniales qui sont menées. Notamment, là où je suivais mes cours d’herboristerie, en Bretagne, il y avait eu une expérience de menée avec les pelures d’oignons…. eh bien ça avait fonctionné ! Mais quel boulot pour en récolter assez…

Cet article vous a plu? Envie d'aller plus loin et d'en apprendre davantage sur les plantes et leurs merveilleux usages? Inscrivez-vous et recevez gratuitement mon livret "5 mauvaises herbes qui vous veulent du bien" pour apprendre à reconnaître et utiliser des plantes très courantes en Europe de l'Ouest.


Cécile MAHE
Cécile MAHE

Passionnée par les plantes du monde entier et leurs petits secrets, je partage sur mon blog au gré de mes envies, rencontres, découvertes

    6 replies to "Coloration naturelle des cheveux et plantes tinctoriales (henné)"

    • Kevin
      Salut ma grande merci pour le partage
    • Patricia de la Faye
      Hello Cécile, merci de nous faire partager ta coloration au henné, pour ma part j’utilise un mélange d’aromazone qui me convient très bien, je suis blonde doré (en réponse au commentaire précédant) le résultat est bluffant mais il faut laisser le produit agir min.1h30 après ça tient environ 2 mois.
      Cette coloration végétale est une association de huit plantes (hennés et poudres ayurvédiques) dont :
      • La Matricaire : apporte des reflets blonds dorés et apaise le cuir chevelu.
      • Le Curcuma : apporte des reflets dorés.
      • Le Henné neutre : redonne volume et brillance aux cheveux tout en régulant le sébum du cuir chevelu.
      • Le Henné rouge (Lawsonia inermis) : riche en lawsone pour un résultat plus intense et durable.
      • Le Jujubier de Palestine : apporte brillance et volume, et freine le dégorgement de la couleur au fil des lavages
      • L’Amla : facilite la prise de la couleur.

      Cette coloration végétale a été pensée et formulée pour vous procurer à elle seule un résultat naturel, couvrant, riche en reflets lumineux. C’est également un soin complet pour vos cheveux et votre cuir chevelu.
      Bonne soirée à toutes

      • Perlinette
        Bonjour c est intéressant
        J’aimerais vraiment retrouver ce blond doré
        Est ce que sa marche vraiment bien
        Merci
    • Alexandra
      Très chouette article, merci Cécile !!! Adepte depuis des années du henné neutre ou coloré, j’utilise la marque Khadi et suis toujours ravie du résultat…au cas où tu souhaiterais tester une autre « enseigne », on la trouve facilement sur le net, maintenant à savoir si tu peux en recevoir sur ta belle île je ne sais pas.
      Tes cheveux sont magnifiques ✨ !!!
    • Francinette
      Bonjour très sympa ton article
      J’ai eu l’occasion de le faire du henné il y’a plus de 20 ans et sa a été un catastrophe.Orange agouti (je suis de la Guyane) et je suis une blonde doré. Hum plutôt j’étais une blonde doré , aujourd’hui plutôt blanc . Alors fait on du henné pour les blondes ?Si oui je suis preneuse
    • Gladys
      Bonjour Cécile,
      Très contente de vous lire à nouveau. Merci pour cet article sur la coloration. Vous avez répondu à mes interrogations.

Leave a Reply

Your email address will not be published.