Baobab, l’arbre sacré qui fâche les dieux (Adansonia sp.)

août 24, 2015

En Martinique, à part la jardinerie du même nom, il n’y a guère de Baobab. Il pousse plutôt dans les zones arides en Afrique. D’ailleurs c’est là-bas que je l’ai vu pour la première fois. Au Kenya. Il faisait tâche au milieu du paysage, cet arbre bizarre, cylindrique aux branches déplumées. Et je me suis rappelé les contes des griots de mon enfance,

quand ils évoquaient des histoires de sorciers et de méchants esprits. Il y avait souvent un Baobab dans l’histoire. Et d’histoire, j’en avais entendue une sur lui. Pour je ne sais quelle raison, cet arbre un peu trop fier de lui avait réussi à vexer Dieu. Celui-ci en colère l’a donc retourné et planté la tête à l’envers pour l’éternité. C’est pour cela que ces arbres semblent avoir les racines vers le ciel…

Le baobab, l’arbre bouteille qui stocke l’eau

Mais comment fait-il, cet arbre immense, pour pousser dans des zones aussi sèches ? Son tronc creux retient l’eau, un peu comme le font certaines plantes grasses. Mais lui, il le fait à une échelle impressionnante : 20 mètres de haut, 10 mètres de large pour les plus massifs des spécimens ! plusieurs milliers de litres d’eau peuvent être stockés. Bref, il est étudié pour. Et il ne fait pas que retenir le regard du voyageur dans les paysages. Il est aussi un généreux pourvoyeur de nourriture et de médicaments pour les populations.

A lire aussi:  Les cécropies aux mains d'argent (Bois-canon)

Le Baobab, une source de vitamines et de minéraux incroyable

D’ailleurs, début 2015, la mode est partie d’Angleterre : après les baies de Goji et le kale (le fameux chou chouchou des américains), le fruit du baobab est le « must-have » 2015. Comme quoi, à chacun son heure de gloire. Mais pourquoi cet engouement ? Qu’a-t-il donc de si spécial ce fruit qu’on nomme aussi « pain de singe » ?

Sa pulpe surpasse tous les autres fruits. On l’a classé dans la catégorie des « super-aliments » c’est dire. Six fois plus de vitamine C que l’orange, six fois plus de potassium que la banane, six fois plus d’antioxydants que dans les myrtilles. Vous en voulez encore ? Deux fois plus de calcium que dans le lait, et encore plus de magnésium que dans l’eau de coco. Ca fait rêver… avec toute cette malnutrition dans les pays occidentaux. Du coup une filière s’est mise en place pour approvisionner les marchés européens et américains. On est peut-être planté comme les baobabs nous aussi finalement ? Allez, je m’égare, revenons en à nos moutons ou plutôt notre pain de singe. Si vous voulez goûter (je n’ai jamais eu l’occasion pour ma part), vous avez le plus de chance de le trouver sous forme déshydratée, en poudre. Allez on vous le fait à 18 euros le kilo.

Le baobab, une véritable pharmacie!

Ses utilisations en médecine traditionnelle sont innombrables et tout est utilisé des arcines aux fruits en passant par les feuilles, les graines, l’écorce.

La pulpe du fruit

A lire aussi:  Elle vous colle à la peau : desmodium incanum l'attach(i)ante

Au Soudan, la pulpe du fruit du baobab est utilisé pour fabriquer une boisson laiteuse, rafraîchissante et traditionnelle, le « gubdi ». Au Malawi, ce jus de Baobab est appellé « dambedza » et est utilisé en cas de gueule de bois et aussi comme laxatif (un peu comme le tamarin finalement). Mais fermentée, la pulpe donne une boisson alcoolisée… dont l’abus risque à coup sûr de conduire à la gueule bois !

Les graines

Sur les côtes du Kenya et de Tanzanie, on colore les graines encore revêtues de pulpe, on les enrobe de sucre et on les vend comme bonbons.

Les graines se consomment aussi crues ou grillées et servent à épaissir les soupes et à leur donner du goût. L’huile extraite des graines se conserve longtemps et trouve des applications aussi bien en cuisine qu’en cosmétique. Elle est également utile pour traiter les maux de dents et l’inflammation des gencives.

Les feuilles

Les jeunes feuilles peuvent être consommées en légumes. Et réduites en poudre, elles sont tenues pour aphrodisiaques par certaines ethnies africaines. Quelqu’un m’a dit qu’elles étaient utilisées aussi pour faire des sauces et une sorte de henné local, mais je n’ai pas trouvé confirmation dans la littérature.

L’écorce

A partir de l’écorce de certaines espèces de Baobab, on fabrique un contrepoison du curare, l’ adansonin. La décoction d’écorce revient souvent comme un bon remède contre la fièvre.

Je ne vais pas faire du « copiage » alors pour avoir accès à toutes ses utilisations traditionnelles, n’hésitez pas à faire un tour sur la base Prota4u. Je l’utilise régulièrement en plus de mes livres pour compléter les articles en ce qui concerne les plantes de l’Afrique tropicale. Vous y verrez toutes les utilisations répertoriées : quasi infinies !

Et vous, vous avez déjà goûté le fruit du Baobab? Sous quelle forme?

Recherches utilisées pour trouver cet article:content, boabab arbre a sorcier, pouvoir magique du baobab, baobab adansonia digitata arbre sacré, baobab pouvoir magique, baobab martinique, baobab de martinique, baobab arbre, le pouvoir magique du baobab, pouvoir magic de baobab

1 Commentaires

  1. Commentaire par Guillaume

    Guillaume août 31, 2015 at 8:31

    C’est pas la première fois que tu évoques l’aide des plantes en cas de gueule de bois. C’est visiblement un sujet qui compte pour toi :)))

Commentaires fermés

Allé en haut