Le jardin de Balata

Jardin-Balata

En Martinique, sur la Route de la Trace, à 10 minutes de Fort-de-France, aux pieds des Pitons du Carbet, Jean-Philippe Thoze a créé un magnifique jardin botanique.

Un peu d’histoire

C’est en 1982 que cet horticulteur, paysagiste et poète, revient sur les traces de son enfance dans la maison créole de ses grands parents.  La propriété, acquise par le père de jean Philippe Thoze pendant la guerre, n’était alors qu’une simple maison de campagne aux allures de ferme. Par la suite, elle fut revendue à la grand-mère de l’actuel propriétaire qui l’utilisa d’abord comme résidence secondaire puis comme habitation principale pendant sa retraite. A sa disparition le domaine fut laissé à l’abandon pendant dix ans.

Jean Philippe Thoze, horticulteur à la tête d’une entreprise de paysagisme, utilisait les lieux délaissés comme stockage pour les plants qu’il avait l’habitude de rapporter de ses nombreux voyages. Puis vint le jour où la famille décide de vendre et c’est tout naturellement à Jean Philippe Thoze qu’on demande de défricher.

A cette occasion il redécouvre Balata et en tombe littéralement amoureux.

Il rachète la propriété et, de ce qui était devenu une savane où la nature avait repris ses droits, il crée progressivement ce jardin qui ouvre ses portes le 19 avril 1986 et tient son nom de celui des arbres autrefois nombreux sur ces terres. Il abrite aujourd’hui plus de 3000 espèces de plantes tropicales.

Le jardin est un véritable havre de paix qui reflète la créativité de cet homme qui soigne et aime ses plantes depuis plus de cinquante ans. Un travail titanesque qui a permis en quelques années au Jardin de Balata de rentrer dans le cercle restreint des plus beaux parcs tropicaux de la Caraïbe.

Visite guidée

 

Dès l’entrée la maison créole en bois se montre accueillante et offre sur la petite terrasse qui donne accès au jardin, un moment de repos. Les colibris virevoltent d’un abreuvoir à un autre, ballet magique.  Le jardin est séparé en deux par une majestueuse « allée royale » de palmiers qu’on emprunte avant de bifurquer vers de petits sentiers pavés qui mènent vers les différents espaces thématiques créés par Jean-Philippe Thoze.

On est ravis par les fleurs plus magnifiques les unes que les autres, les hibiscus, les orchidées, les balisiers, alpinias, héliconias, anthuriums, roses de porcelaine… On s’étonne devant les broméliacées, ces étranges fougères qui poussent sur des troncs. On en apprend un peu plus sur le bakoua, cet arbre un peu échevelé qui sert à la fabrication des chapeaux. On fait une pause sur les bancs qui invitent à profiter des atmosphères de l’une ou l’autre mare. On s’émerveille devant les bambous géants avant d’avoir le souffle coupé par la vue sur les pitons qui s’offre aux yeux ébahis au détour d’un virage.

Enfin, on s’engage dans une balade pas banale, à la cime des arbres, des mahoganys centenaires. A 15 mètres de hauteur, le regard change encore, et à mesure que le pied se fait plus sûr sur les ponts de bois accessibles à tous (8 ans mini), on découvre la magie de ce jardin aménagé avec une grande sensibilité.

_____________________________________

Informations pratiques

Horaires : tous les jours de 09h00 à 18h00 (dernières admissions à 16h30)

Tarifs : Entrée : 12.50 euros, 7.50 euros pour les enfants à partir de 3 ans, gratuit pour les autres. L’entrée est valable un an

Venir : A Fort-de-France, prendre la Nationale 3 en direction de Fonds-Saint-Denis et du Morne Rouge. Le Jardin de Balata se trouve à 10 km sur la gauche. En bus, ligne L25 Aliker < > Jardin de Balata

Contact: 05 96 64 48 73

Site Internet: http://www.jardindebalata.fr/

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Cet article vous a plu? Envie d'aller plus loin et d'en apprendre davantage sur les plantes et leurs merveilleux usages? Inscrivez-vous et recevez gratuitement mon livret "5 mauvaises herbes qui vous veulent du bien" pour apprendre à reconnaître et utiliser des plantes très courantes en Europe de l'Ouest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *